Découvrir nos réalisations

Etude de pré-faisabilité du programme de modernisation de l’enseignement supérieur en Tunisie

Appui RH et ingénieries de la formation

Services fournis sur cette réalisation

Egis Bdpa (sa filiale SATEC) a mobilisé un économiste de l’éducation comme chef de mission de cette étude,. L’équipe a été appuyée par deux autres experts, un spécialiste de l’enseignement supérieur et un expert du marché du travail.
Pour la conduite de l’étude, la mission a eu de nombreuses séances de travail avec :

  • la Délégation de la CE et autres représentations étrangères,
  • l’administration tunisienne,
  • le ministère de l’enseignement supérieur,
  • des présidents d’universités ou directeurs d’écoles nationales supérieures,
  • des représentants des organisations professionnelles,
  • des dirigeants d’entreprises.

Client

Ministère de l’Enseignement Supérieur

  • Tunisie
  • du 1 juin 2002 au 30 juin 2002

L’objectif global du programme de modernisation de l’enseignement supérieur en Tunisie consistait à développer et renforcer l’adéquation entre la formation dispensée dans l’enseignement supérieur et les besoins du marché du travail (à moyen et long terme).

Compte tenu de l’augmentation prévisible de 50% du nombre d’étudiants d’ici 2006, l’étude de pré-faisabilité avait pour objectif de présenter des scénarii d’intervention au Ministère tunisien de l’enseignement supérieur et à la Commission européenne, afin de leur permettre d’élaborer des stratégies pour la mise en place de leurs actions.

Le travail de l’équipe a abouti à l’établissement d’un état des lieux (collecte et analyse de données) de l’enseignement supérieur, principalement en ce qui concerne :

  • les différentes filières, leurs coûts et leur mode de financement, et l’identification des critères utilisés par le Ministère pour le choix du développement des diverses filières,
  • la gestion des flux d’étudiants (liens entre l’enseignement secondaire et supérieur),
  • l’efficacité interne et externe du sous-secteur de l’enseignement supérieur,
  • le lien entre les formations proposées et les demandes (à moyen et à long terme) du marché du travail,
  • le lien entre les investissements dans l’enseignement supérieur et les autres sous-secteurs de l’éducation, ainsi qu’avec le "secteur" de la formation professionnelle (niveau tertiaire),
  • l’analyse des conséquences en terme d’équité de l’investissement dans l’enseignement supérieur, principalement dans le cadre de son processus de décentralisation,
  • ainsi que toutes autres informations utiles sur le contexte permettant une aide dans les choix d’investissements, tant pour le gouvernement tunisien que pour les bailleurs de fonds.
  • la proposition de trois scénarii (différents et/ou complémentaires) que pourrait suivre le Ministère, afin de faire face à la demande croissante d’étudiants et développer des filières « professionnalisantes » permettant de répondre à la demande du marché du travail.
  • la présentation de termes de référence pour une étude de faisabilité dudit Programme.